Juillet : "LE BAPTÊME" en famille.

En juillet puis en août Mercator a reçu une partie de la famille.
Pour le 14 juillet nous avons eu droit à une partie du défilé, la partie non parisienne:

un  hélicoptère a hélitreuillé un journaliste depuis un sous marin en rade de Toulon où nous nous trouvions, en fin d'opération il est venu saluer les bateaux au mouillage.

Il y a eu aussi le "baptême" officiel de MERCATOR V, pour son changement de nom.
Le baptême consiste , dans une certaine tradition maritime à laisser s'échapper le "petit serpent" qui suit chaque bateau (son sillage) en pratiquant un brutal coup de barre pour qu'il s'en décolle , le bateau revenant à 360° pour couper ce serpent!  Se forme alors un nouveau "serpent" qui est celui du nouveau nom.

Dans la pratique le bateau s'appelait GRAIN D'SEL, nous nous sommes donc doté d'un paquet de gros sel de mer.
A bord furent réunis les jeunes enfants dont la marraine.
 Ce jour là le vent soufflait fort en rade de Toulon  le serpent était bien accroché à la coque gîtante.

Au moment du coup de barre, en ce 13 juillet, la marraine (BLANCHE GODARD) a jeté à la mer le contenu de ce paquet de sel, en recommandant oralement et avec force, au vieux serpent de rester là, à déguster ce bon sel. C'est notre façon de lui dire au revoir.
Cela a marché!  Le vieux serpent dupé par ce sel frais et de qualité s'est décollé de la coque et s'est régalé sur place oubliant sa mission.
Alors avec la même autorité elle a appelé, avec son frère et sa petite soeur, le nouveau serpent: "Serpent de MERCATOR V viens à nous et suit ce bateau pour toujours". Ce qui fut dit, fut fait;
depuis ce nouveau sillage nous suit.
La photo des acteurs du "baptême".
Chaud et venté le jour du "baptême"
Il manque quelques acteurs dont le photographe.
On verra,  plus tard que le serpent de MERCATOR fut mis peu de temps après, à l'épreuve de sa vigueur en étant obligé de faire un premier et long  voyage vers Antibes, suivi immédiatement d'un allez retour vers la Corse.





La marraine vient de lancer le sel de mer!













Les autres navigations de juin

Nous avons le projet en fin de ce mois de juin, de finir de tester le nouveau bateau avant son départ vers le deuxième tour de la Méditerranée.
Que nous reste t il à vérifier?
Le gréement dormant, le fonctionnement de l'AIS qui reste capricieux depuis son installation et ses révisions, la sécurité et en particulier la sécurité jeune et enfant. Ce dernier point sera fait en juillet avec de jeunes équipages. Aussi renouveler certains drapeaux qui portent le poids des miles!

Pour le gréement pas d'hésitation: une seule adresse: Philippe RACINE à ANTIBES. Philippe est le gréeur attitré des voiliers neufs mis à l'eau à ANTIBES en provenance de LA ROCHELLE.C'est lui qui a préparé également MERCATOR III  et MERCATOR IV.
Le voici à l'oeuvre, fait du hasard ce jour est son 60° anniversaire, BON ANNIVERSAIRE PHILIPPE :
Il va démonter un à un les haubans, les manipuler , les graisser, vérifier les attaches , les éventuels points de rouille et donner le "Bon à Naviguer"




Un tour en haut du mat pour voir les réas, les fixations, le feu de mat, les antennes et girouettes.
  
     Mais pour venir voir Philippe à ANTIBES ce n'est pas simple : 
Le port d'ANTIBES est inaccessible en ce week end de juin : il y a une manifestation importante : LES VOILES D'ANTIBES. 
Pas de place à quai à ANTIBES et dans les ports voisins.  Heureusement l'un reste toujours accessible , grâce à ses prix: le port des "milliardaires" soit le PORT Camille RAYON du nom de son fondateur et créateur de ports , il va fêter son centenaire bientôt.  L'ambiance ne trompe pas : accueil, services, calme et qualité.  Nous ferons une ponction spéciale pour mériter celà. C'est là que Philippe nous rejoindra.Au passage les batteries de services en profitent pour flancher, pas de problème ici le service est efficace: et 2 batteries svp , 2!
Autre avantage de Camille RAYON on est au premières loges pour la régate: ici deux cotres bermudiens : ARCADIA et FULMAR deux ancêtres bien entretenus et vifs.
    
Nous voici parrés pour le gréement. A nous l'AIS, il nous lache devant les ports et à petite vitesse! Signal de détresse  "VSWR fault" c'est l'antenne, trop petite ? mal placée? 
Mais que signifie ce sigle en français TOS : le Taux d'onde Stationnaire. Un teste par ordinateur donne l'antenne en défaut, à moins que ce soit le cable, en 2 parties? Vite un spécialiste qui nous recommande de changer d'antenne.

Aux drapeaux maintenant : voici un spécimen!  et les voici en place:  un appel aux partenaires pour ce renouvellement est nécessaire.  L'image du pays doit être parfaite!



Les navigations de début Juin


    

Nous voilà sagement installé à PORT MIOU première calanque de Cassis , une annexe du port de la commune. 
Nous nous retrouvons là début mai.
On nous attends, mais première surprise (mauvaise)  un voilier maladroit a percuté le balcon avant avec son ancre en voulant prendre le coffre voisin.  
Aie !  il faut faire des papiers , un dossier, se calmer, fort heureusement les marins du port ont relevés tout cela, et notre sinistreur est à la même assurance que nous :  APRIL MARINE.

Le tube est pincé , il faut TOUT changer ! Horreur : prévoir des délais.



Bon,  on fera une réparation de fortune en attendant.

Le programme est d'aller à TOULON pour récupérer la GV avec un ris de plus , et lui installer et régler les bosses correspondantes.  Ce sera fait chez le correspondant de VEGA VOILES : MIMOSAILS. On découvre Gilles plein d'expérience et de bonne humeur. 
Deuxième surprise  la fixation de la bôme sur le mat a travaillé , un bon millimètre d'écart.  Bon ! il faut refaire la fixation et changer les énormes rivets, c'est du sport!

Gilles transpire , force et réussit! Il faut "dépoper" et repoper !

La nouvelle voile peut s'installer sur du solide.

La voici: 44 m2 posés sur le pont, avec ses 4 ou 5 lattes jonc, forcées et réglables (Full-Batten), oeillet de cunningham , penons de fuite, sa têtière, sa ralingue, ses coulisseaux sur sangle, et même des goussets......
On est loin de simple voile à enrouleur de Mercator IV ! Elle est haute et culmine à 18 mètre au dessus de l'eau!  

Et surtout , on s'en apercevra rapidement : elle va vite, dans le médium comme dans le petit temps et encore plus dans la bonne brise.
10 tonnes lancé à 9,5 noeuds c'est grisant surtout à plat, car la lourde quille en plomb rend le voilier bien raide.

Allons vérifier tout cela . Mais d'abord rappelons nous que TOULON est un port militaire, le Charles de Gaulle est là en travaux (grue) avec d'autres avisos et contre torpilleurs de toute sortes. Les Ferries aussi sont là.  





  






Voici une Corvette ? vient elle de Cherbourg ?







la navette de Saint Mandrier fonce entre le Charles de Gaulle et le Méga Express de Corsica Ferry.



Et ci dessous le Charles de Gaulle avec sa grue et ses échafaudages. Ce n'est pas le moment de déclarer la guerre.

 

Le retour du Grau du Roi et la Grand Voile

Nous avons repris la mer le mercredi 30 avril après midi après avoir installé la nouvelle capote ajustée, le nouveau bimini adapté (au panneau solaire) et surtout la nouvelle grand voile,
Ah il est bien beau ainsi habillé, les morsures du soleil sont effacées.

Le chemin du retour fut ..... rapide . Le mercredi soir nous arrivons vent arrière sous  génois seul aux Saintes Maries de la Mer; petite acrobatie pour entrer dans le port et s'installer entre les poteaux, car il fait 24 noeuds de vent, on fait le drapeau en marche arrière.

Jeudi après midi est annoncé assez venté, peut être trop.  Donc départ à 6 heures du matin vers Marseille, 10 noeuds, puis ça monte, 13, 15 ,20 vers 10 heures, nous décidons de nous arrêter dans le golfe de Fos à Port de Bouc. Là il faut remonter au prés avec 25 noeuds et en plus une foule de bateaux: des cargos , des pétroliers, des gaziers de toutes les tailles.
Voilà ce que donne le nouvel AIS pour le golfe de Fos:  il y a du monde!
C'est passionnant chaque bateau est repéré, et sur un site associé on voit même le parcours. Ainsi ce bateau orange affiche un pêcheur , voici sa route de pêche: on voit bien les allers et retours du chalutage devant l'embouchure du Rhône : 
Finalement nous resterons là 48 heures à attendre que le coup de mistral passe: l'apothéose 40 noeuds dans le port le samedi après midi.
Le dimanche cela se calme et nous rentrons tranquillement vers la Ciotat. Il faudra même du moteur à la fin. Les essais de grand voile ne sont pas concluant . On ne peut la hisser en totalité, les bosses de ris ne sont pas assez longues, il est vrai que les ris ont étè déplacé vers le haut pour augmenter l'efficacité de la prise de ris.
On s'apercevra plus tard qu'il nous faudra ajuster (allonger) les bosses de ris pour la hisser complétement.
Mais le mistral revient dans la semaine , c'est une occasion de la tester au 1° et au 2° ris. D'autant que l'équipage voit arriver en renfort 4 grands quadras bien gaillards. Avec eux on va pouvoir faire les fous et tester les surventes.
Au prés "ça passe"et ça gite, mais au travers ça va vite, très vite, nous voilà au surf dépassant les 10 noeuds en surface, on croit même lire 11,5 !!  C'est impressionnant 10,5 tonnes lancé à cette vitesse, la barre devient dure, l'attention extrême.  Le GPS enregistre tout de même 9,7noeuds sur le fond.   C'est pas possible, le bateau est encore surtoilé malgré le rehissage des ris , il faudra en poser un autre dit "4°" ris.  Impossible d'aller en mer Egée sans cela
Il faut lire ci dessous le Speed Max: 9,7!!!!!!
Voici le parcours au large de La Ciotat et de Cassis

 Tout est bien testé à toutes les allures et forces de vent , il faut agir maintenant en ajustant la GV.  
La calanque de Port Miou sera notre abri entre deux navigations. Nous l'aimons bien.

De Marseille au Grau du Roi.



C'est aussi , en semaine, le pays de la pêche et des chalutiers, une industrie très active dans le golfe du Lion et de ses ports.

Deux VIDEOS de la pêche : la première  et la seconde.

Ici au GRAU, un port très abrité et calme .... jusqu'à 3 heures , pour une petite interruption: c'est l'heure de départ des bateaux de pêche, petits et grands chalutiers.

L’heure bleue est un instant précis de la journée: un bref instant entre nuit et jour, où le ciel devient bleu foncé. Une fois le soleil avalé par l’horizon, le ciel se teinte parfois d’un bleu outremer d’une profondeur intense. C’est ça, l’heure bleue. Cet instant magique où le ciel hésite entre noir et bleu, où le jour rechigne à laisser la place à la nuit.
Ce phénomène se produit deux fois par jour, à l’aube et au crépuscule, entre la nuit et le jour, alors que le soleil n’est pas encore là. L’heure bleue est aussi fugace qu’un coucher de soleil, mais elle possède un gros avantage pour le photographe: elle connait quelques variations de teinte et d’intensité, mais globalement, elle sera toujours là, avec sa lumière si particulière.  La photo est de Bernard LEPLEY.

Arrivée et départ des iles du FRIOUL face à Marseille


Une arrivée un dimanche après midi en pleine régate: la Massilia Cup organisée par le CNTL, elle fait partie de l'IRC et des régates HN. Dimanche 6 avril.




Le château d'IF accueille les visiteurs et les arrivants dans la rade. Souvenir de l'été 1955 lors de ma première arrivée sur le Ville d'Alger.
Le petit temple (pseudo) grec qui surplombe le port du Frioul offre une vue panoramique sur le port et la rade.
Mercator en fin de dimanche après midi se retrouve seul sous le temple grec, pas si seul que cela puisqu'un "gabian" veille sur lui en haut du mat.
Bonne nuit.